L’arc en ciel

26 mai 2008

L’arc en ciel

Du haut de la Tour Eiffel
On peut voir les hirondelles
S’élancer dans le ciel
A tire d’aile
Quand elles se font “ la belle ”
Attirées par le soleil

Je m’envole avec elles
Adieu à l’hiver cruel
Adieu les morsures du gel
Adieu je cherche un arc en ciel

St Jacques de Compostelle
Ou bien le Mont St Michel
Seule sur un archipel
Aux Seychelles
Voyageuse éternelle
De la vie goûtant le sel

Je prends des caravelles
Adieu à l’hiver cruel
Adieu les morsures du gel
Adieu découvrons l’arc en ciel

Heureux ou malheureux
Nous sommes humains
Pas des dieux
De nos rêves à Icar
Quel écart
Les îles sous le vent
De les voir
Il est grand temps

Va, déployons nos ailes
Adieu à l’hiver cruel
Adieu les morsures du gel
Adieu j’irai toucher le ciel

La petite fille rebelle
Qui jouait à la marelle
Sautait à cloche-pied
Jusqu’au ciel
A son regard d’enfant
Est toujours restée fidèle
au pays des merveilles
Adieu à l’hiver cruel
Adieu les morsures du gel
Adieu je m’envole avec elle

Paroles : Véronique Fasy
Musique : Audrey Englebert
Arrangements : Karel Van Marcke

Categories: Paroles.

Suis-je appétissante?

26 mai 2008

Suis-je appétissante ?

Nuit et jour elle me hante
Cette question lancinante
Répondez-moi sans injure
Ne soyez pas parjure
Suis-je ou non appétissante ?

Jugez mes seins et mes reins
Ai-je du chic et du chien ?
Ne me laissez pas dans l’ignorance
C’est de la première importance
Suis-je ou non appétissante ?

Contemplez mes accroche-cœurs
Et ce regard dévastateur
Me trouvez-vous excitante?
La réponse ne peut être blessante
Suis-je ou non appétissante ?

Voyez ces lèvres gourmandes
Le style Sapritch ou Bardot
Qu’attendez-vous parlez tout de go
Mais pesez bien vos mots
Suis-je ou non appétissante ?

Dites ne suis-je pas délicieuse
Avec ma taille aux hanches heureuses
Et aux côtes insolantes
Je demande votre indulgence
Suis-je ou non appétissante ?

Epanchez-vous loyalement
Epargnez-moi vos tiraillements
Mes formes sont-elles alléchantes
Au diable tous ces tourments
Suis-je ou non appétissant ?

Mon miroir trahit quelques rides
Un rien me rend acide
Consolez-moi
Ne soyez pas timide
Suis-je ou non appétissante?

Paroles :André Fauville
Musique : Audrey Englebert
Arrangement : Vincent Trouble

Categories: Paroles.

Ne me dis pas je t’aime

26 mai 2008

Ne me dis pas je t’aime

Ne me dis pas je t’aime
Tu me ferais trembler
J’aurais le cœur dans les étoiles
Comme un enfant gâté

Ne me dis pas je t’aime
Que deviendrais-je en toi
Tes yeux sont un soleil de feu
Qui m’arrachent à moi

Ne me dis pas je t’aime
Je deviendrais fragile
De ta respiration et nue
De ta chair embrasée

Ne me dis pas je t’aime
Je tremble à en crever
Désir en forme de mots
Que chante ta beauté

Ne me dis pas je t’aime
J’aurais l’air d’être aimée
Enfin que j’oublie tout
La mémoire lavée

Ne me dis pas je t’aime
Et pourtant plus que tout
Dis-le par tes baisers
Chantes-le malgré tout

Ne me dis pas je t’aime
J’aurais peur de me perdre
Ne me dis pas je t’aime
J’aurais peur de te perdre

Ne me dis pas je t’aime
Ce serait te manquer
Le regard de l’amour
N’est doux qu’a s’y baigner

Ne me dis pas je t’aime
Puisque tu me l’as dit
Je me suis enivrée
Des oiseaux de Paris

Ne me dis pas je t’aime
Mais puisque tu es là
Tes lèvres sur mes lèvres
Le chuchotent tout bas

Ne me dis pas je t’aime
Mon cœur est en saison
De fleurir de sauter
Son rythme bat ton nom

Ne me dis pas je t’aime
J‘aurais peur d’oublier
Qu’il est bon d’être là
D’être là sans rien dire
De n’être rien que toi
Qui me respire

Paroles : Daniel Selders
Musique et arrangements : Audrey Englebert

Categories: Paroles.

Un jour

20 mai 2008

Un jour

Un jour nos corps se nouent
Plus tard nos cœurs se sont pris
Avec le feu je joue
Qui croyait prendre est épris

On n’empêche pas les saumons de remonter la rivière
Orphée d’aller chercher Euridyce aux enfers

Joues contres joues, le jour
Nuit après nuit, l’amour se répand
Je rêve qu’il dure toujours
Profond comme le sommeil de l’enfant
Un jour sans crier gare
Tu me dis que tu pars
Pourquoi, pour qui, je ne sais pas
Mais il le faut, c’est plus fort que toi

On n’empêche pas les saumons de remonter la rivière
Orphée d’aller chercher Euridyce aux enfers

Dans l’air frissonnant de l’aube
Je guette l’horizon espérant
Retrouver la trace
De cet amour que tu me reprends
Dans ce corps abandonné
Un lierre de désespoir à grimpé
De ce cœur désenchanté
La pierre du désert s’est emparée

On n’empêche pas les saumons de remonter le rivère
Orphée d’aller chercher Euridyce aux enfers

Paroles et musique : Audrey Englebert
Arrangement : Vincent Trouble

Categories: Paroles.

La diva

20 mai 2008

La diva

La divine diva divague
Ses fans l’abandonnent
Elle est dans le creux de la vague
Elle ne plaît plus à personne
Triomphale jadis à la Scala
Elle fredonne dans le métro
Le grand air de la Tosca
Sans rappel ni Bel Canto

La divine diva divague
Elle n’est plus au diapason
Elle écoute d’un air vague
Sa voix blessée pour de bon
Adieu galas et récitals
Terminé les vocalises
La prima donna avale
Du rosé qui la rend grise

La divine diva divague
Elle confond aria et chansonnette
soprano dans le vague
Ou bien divette d’opérette
De ses solos célèbres
Il ne reste qu’un pot-pourri
Et quelques rimes grossières
Qui tambourinent la mélodie

La divine diva divague
Y’a des couacs dans sa cantate
Ca ressemble à une blague
Pour elle c’est échec et mat
Elle voulait être une sirène
Et troubler tous les Ulysses
La voilà qui fuit l’arène
Elle finira à l’hospice

La divine diva divague
Elle se prend pour la mer
qui se noie dans ses vagues
En cadençant à l’envers
Sa vie n’était que charme
Délice et harmonie
Elle n’est plus que drame
Supplice et cacophonie

La divine diva divague
Ses fans l’abandonnent
Elle est dans le creux de la vague
Elle ne plaît plus à personne
Triomphale jadis dans Gounod
Elle chevrote un pauvre lied
Qui résonne comme un zéro
Dans sa nuit livide

Paroles : André fauville
Musique et arrangements: Audrey Englebert

Categories: Paroles.

Je suis venue te dire que je m'en vais

20 mai 2008

Je suis venue te dire que je m’en vais

Je suis venue te dire que je m’en vais
Et tes larmes n’y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine : au vent mauvais
Je suis venue te dire que je m’en vais

Tu te souviens des jours heureux et tu pleures
Tu sanglotes, tu gémis à présent que sonne l’heure
Des adieux à jamais, oui, je suis aux regrets
De te dire que je m’en vais, je t’aimais oui, mais…

Je suis venue te dire que je m’en vais
Et tes larmes n’y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine : au vent mauvais
Je suis venue te dire que je m’en vais

Tu te souviens des jours anciens et tu pleures
Tu suffoques, tu blêmis à présent que sonne l’heure
Des adieux à jamais, oui, je suis aux regrets
De te dire que je m’en vais, car tu m’en a trop fait

Je suis venue te dire que je m’en vais

Je suis venue te dire que je m’en vais
Et tes larmes n’y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine : au vent mauvais
Je suis venue te dire que je m’en vais

Tu te souviens des jours heureux et tu pleures
Tu sanglotes, tu gémis à présent que sonne l’heure
Des adieux à jamais, oui, je suis aux regrets
De te dire que je m’en vais, je t’aimais oui, mais…

Je suis venue te dire que je m’en vais…
Je m’en vais…

Paroles et musique : Serge Gainsbourg
Arangement : Karel Van Marcke

Categories: Paroles.

Un autre monde

20 mai 2008

Un autre monde

Sur les landes océanes du Pacifique
Bergère d’un troupeau de songes fantastiques
Ecumant sans trêve l’univers aquatique
Je poursuis mon rêve d’un jardin idyllique

Dans les forêts de corail d’Acapulco
Dans la baie des Anges au large de Key Largo
Dérivant loin des orages tropicaux
Beau navire sans gouvernail entre deux eaux

Sous la mer profonde
Coule un autre monde
Caresse de l’onde
Sur ma peau…

En suivant la route de Vasco de Gama
Ressentir les doutes d’un marin d’autrefois
Et trouver dans l’ombre à l’intérieur de soi
La force que donne l’espoir d’un Nirvana

Sous la mer profonde
Coule un autre monde
Caresse de l’onde
Sur ma peau…

Iles de Golconde sur l’Océan Indien
Balinaises dans leurs sarongs tissés de soie
Les corps-lianes qui s’enroulent autour de moi
Pluie d’offrandes pour un déferlement de joie

Sous la mer profonde
Coule un autre monde
Caresse de l’onde
Sur ma peau…

Paroles: Véronique Fasy
Musique: Audrey Englebert
Arrangements : Karel Van Marcke

Categories: Paroles.

Laisse-toi tenter mon ange

20 mai 2008

Laisse-toi tenter mon ange

J’ai pas le chic de te rendre accro
J’ai pas le chèque pour t’enivrer.
J’ai pas les fesses d’une belle afro
Je n’ai plus les seins d’une poupée.
Mais dans la tête, j’ai plein d’idées
Des petits malices, des vices coquins
De quoi, crois-moi, acoquiner
Ton coeur trop gourd et trop malin.

Laisse-toi tenter, mon ange.
Si tu y tâtes, si tu t’entêtes,
Tu auras la tête dans les nuages,
Les yeux dans l’eau, le coeur en fête.

(bis)

J’ai pas la classe d’une Loren,
J’ai pas la bouche d’une Bardot
J’ai pas le cul des X-women.
Mais crois-moi bien, j’ai du culot.
Car dans la tête, j’ai plein d’idées.
Des rêves câlins, des subterfuges.
De quoi, crois-moi bien, fustiger
Ton corps si lourd et affamé.

Laisse-toi tenter mon ange !
Si tu y tâtes, si tu t’entêtes,
Tu auras la tête dans les nuages,
Les yeux dans l’eau, le coeur en fête.

(bis)

J’ai pas la griffe d’une Channel
J’ai pas la Buick d’une Kennedy
J’ai pas le liant d’une Béchamel,
Mais, attention ! J’ai de l’esprit.
Oui, dans la tête, j’ai plein d’idées.
Des phrases clé, des jeux espiègles.
De quoi, crois-moi, piéger facile
Ton âme si cruelle et vile.

Laisse-toi tenter, mon ange!
Si tu y tâtes, si tu t’entêtes,
Tu auras la tête dans les nuages,
Les yeux dans l’eau, le coeur en fête.

(Ad libitum)

Paroles :Stéphane Saens
Musique :Audrey Englebert
Arrangements : Renaud Lhoest

Categories: Paroles.

La dame noire

20 mai 2008

La dame noire

La grande dame noire, le repos éternel
L’ennemie, l’amie, la douce ou la cruelle
Tu nous bouleverses, tu nous guètes
Les uns te pleurent, d’autre te fêtent

Un jour tu m’emporteras
Sois-moi douce
Je m’allongerai dans tes bras
Sois-moi douce

Ces corps de glace aux sourires bienheureux
Pourraient-ils être nos seuls restes
Enfouis sous la terre ou léchés par le fe
Est-ce là l’œuvre céleste ?

Un jour tu m’emporteras
Sois-moi douce
Je m’allongerai dans tes bras
Sois-moi douce

Au dire de ceux qui de si près ont approché
Ta blancheur diaphane
Le ceux de tes bras vibrait d’éternité
Comme un ventre de femme

Paroles et musique : Audrey Englebert
Arrangements : Renaud Lhoest

Categories: Paroles.

Deux mots à te dire

16 mai 2008

Deux mots à te dire

Deux mots à te dire
Ni sermons ni serments
Déclaration sur un divan
L’amie te veux l’amant

Sur le bout des lèvres
Une envie de trahir
Aveu brûlant, la vraie nature
De mon désir

Et mon secret si bien scellé dans le silence
Rêve de toi, comme d’un héros d’adolescence
Oui je rougis quand je te vois, oui je frémis
Rien qu’à l’idée de m’enivrer de tous mes sens

Voulu te l’écrire
Ni saga ni roman
Deux ou trois mots sans quiproquo
Inscrits en noir sur blanc

L’encre du stylo
Est demeurée sans voix
Le papier blanc est l’océan
Où je me noie

Et mon secret si bien scellé dans le silence
Rêve de toi, comme d’un héros d’adolescence
Oui je rougis quand je te vois, oui je frémis
Rien qu’à l’idée de m’enivrer de tous mes sens

Deux mots à te dire
Ni sermons ni serments
Déclaration sur un divan
L’ami devient l’amant

Les mots font défaut
Parfois à bon escient
C’est en tout cas ce que je crois
Quand je suis dans tes bras

Paroles : Stéphane Saens
Musique : Audrey Englebert
Arrangements : Renaud Lhoest

Categories: Paroles.